Emei Shan, voyage dans les nuages

Publié le par Xiao Ma

Emeishan 7468-1

 

Bon je me décide enfin et je reprends mon clavier.

Petite coupure dûe à la visite du paternel, le boulot qui prend du temps, des histoires de papiers qui ne sont toujours pas réglées et parfois pas trop d'inspiration pour écrire un article alors ça traine, ça traine... et je vois les photos qui s'accumulent sur mon disque dur, et les sujets qui me viennent sans trop de contenu pour l'instant.

 

Mais en me replongeant dans les derniers voyages, je re-sors un dossier qui m'a particulièrement plû, celui d'un séjour dans les nuages, au milieu de la jungle et des singes, un voyage dans le temps, culturel et cultuel:  Emei Shan...

 

 

Emei Shan est le plus hauts des 4 monts sacrés Bouddhiste de Chine. C'est une montagne de 3099m au sommet de laquelle culmine un temple bouddhiste, perdu dans les nuages.

 


Emeishan 7472-2

 

 

D'abord un peu d'explication:

 

Emeishan 7429-1

Au VIe siècle, le mont Emei, qui culmine à 3 099 m, fut associé à Puxian(Samantabhadra), un 'bodhisattva'  ( terme sanskrit qui désigne celui qui a formé le vœu de suivre le chemin indiqué par le Bouddha) symbole de l'altruisme, souvent représenté monté sur un éléphant blanc à 6 défenses.

Le sommet est souvent recouvert par le brouillard, mais, lorsque les conditions météorologiques sont favorables, il est parfois possible d'observer la lumière de Bouddha, phénomène de réfraction qui se produit sur les nuages ; dans le passé, de nombreux pèlerins se jetaient dans le vide à sa vue, croyant que le Bouddha les appelait à lui.

Pour accéder au sommet du mont Emei où se trouvent le temple d'or et le temple de cuivre, il faut monter un escalier monumental comportant de part et d'autre des statues d'éléphant blanc. En haut de l'escalier trône une statue dorée représentant une déesse à multiple têtes sur trois éléphants.

 

Depuis Chengdu, 2h de route direction le Sud Ouest à travers la plaine nous amènent sur les premiers contreforts himalayens. Collines, rivières, plantations de thé, eucalyptus, la végétation locale est bien fournie, pour notre plus grand dépaysement!

 

 

Au pied du massif: un porte... comme celle que l'on trouve à l'entrée de beaucoup de villes, de quartiers... le genre de porte chinoise qui marque l'entrée dans un nouveau territoire.

Celle-ci est un peu particulière car elle est située sur l'ancienne porte qui marque le départ du pélerinage permettant d'arriver au sommet.

A partir de là, 2 solutions s'offrent à vous, monter en voiture ou en bus par la nouvelle route qui serpente entre les roches, ou prendre le chemin du pélerin qui grimpe sur plus de 2500m et qui se termine par un escalier monumental.

 

BOn faute de temps je vais surement en décevoir certains, pour le pélerinage, ce sera une prochaine fois!!

 

Même en voiture, la montée est assez longue et se fait en plusieurs étapes. Les paysages sauvages sont extraordinaires, les vallées encaissées au fond desquelles serpentent des rivières nous ramènent une fraîcheur délicieuse en cette fin d'été étouffant!

 

Heureusement, la dernière partie se fait à pied, sans doute la partie la moins intéressante car la plus fréquentée, mais quelques surprises nous ont arrêté lors de notre ascension.

 

Emeishan 7441-1

 

tout d'abord des paysages époustouflants au milieu de la brume qui effleurait la cime des montagnes voisines, puis un tribu de macaques tibétains venus sympatiser avec les pélerins que nous étions.


Nature 7433-1

 

Mais gares à vous, ces macaques sont un peu particulier et ont la main voleuse... ça m'a rappelé quelques souvenirs des singes dans les temples hindous à Madras (inde du Sud), singes qui étaient domptés pour voler les sacs à main!

 

Nature 7432-1

 

Mais ceux-là sont plus gros et ont tendance à être aggressifs, alors un conseil, circulez en groupe, ne laisser rien dépasser de votre sac et ne prenez pas de bouteilles (ils ont une préférence pour les sodas) avec vous et surtout si un macaque essaie d'attraper votre sac, ne le retenez pas, il risque de vous mordre...

ce qui arriva à un pélerin qui se croyait plus malin que ces singes.

 

Nature 7439-1

 

 

 

 

 

Bon, revenons à notre pélerinage...

 

A 3000m le sommet n'étant plus très loin, la température  dégringolait, la brume se faisait de plus en plus présente et une petite bruine fit son apparition.


Mais la lumière commençait à changer et le cercle du soleil faisait son apparition à travers les nuages.

 

Au sommet, le grand Bodhisattva en or était là, à observer, ancré sur le mont culminant la grande plaine... A ces cotés, plusieurs temples sont là, abritant moines permanents et pèlerins de passage,

Ce fut l'occasion de brûler quelques bâtons d'encens en pensant à tous les pèlerins qui ont dû passer par là depuis le VIe siecle.

 

 

  et c'est à ce moment là que le spectacle commença, pour notre plus grand bonheur: les nuages se sont éparpillés laissant place au ciel bleu au dessus d'un mer de nuage qui nous emmenait à perte de vue...


Emeishan 7512-1

 

 

 

Emeishan 7514-1

 

 

 

 

Emeishan 7521-1

 

Emeishan 7522-1

 

 

Attention, le spectacle ne dure pas longtemps, et le ciel bleu disparait aussi vite qu'il apparait!

 

Emeishan 7440-2

 

 

Mais Emeishan nous a montré beaucoup d'autres choses:

 

Emeishan 7475-1

Des vieux pèlerins

 

 

 

 

Emeishan 7491-1

Un autre moyen de grimper sans se fatiguer... 


 

 

Emeishan 7489-2

Pour ceux qui ont froid au sommet, il est possible de louer une veste...

 

 

 

 

Emeishan 7444-1

Une petite faim? les habitants locaux s'occupent de vous!

 

 

 

 

Emeishan 7493-1

La "roue de la loi".

 

 

 

 

Emeishan 7466-2

Les gardiens à l'entrée du Temple (au plafond)

 

 

 

"Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c'est ainsi qu'on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances l'on doit honorer en autrui la croyance qu'on ne partage pas" -Bouddha-


Publié dans Voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> Salut Christophe !<br /> <br /> Apparemment toujours l'embrouille coté papier ?<br /> <br /> Cet été on avait eu le choix entre le mont Emei et Qingcheng, qui est une des montagnes taoïstes. On a choisi ce dernier.<br /> On a été un peu déçu car plusieurs accès et temples étaient fermés pour cause d'effondrement suite au tremblement de terre de 2008. Pis le temps était vraiment mais alors vraiment pas top, gros<br /> nuages et pluies éparses.<br /> On a eu une petit consolation quand même car on a pu dormir dans un des temples.<br /> <br /> Je regrette beaucoup de ne pas être allé à Emei car ça avait l'air d'être une sacré montagne (plus de 3 000 mètres !). Qui sait ? Peut être après le nouvel an chinois ;)<br /> <br /> A bientôt !<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> Epoustouflant, superbe, encore un reportage qui percute. Bravo Xiao Ma !<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Superbe reportage !!!.... ahhhhhhh , ces photos !!! Vraiment Bravo !<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> C'est vrai qu'on a failli y aller ensemble mais on a eu tellement d'autres choses passionnantes à voir... alors, ce sera pour la prochaine fois !<br /> <br /> <br />
Répondre
X
<br /> <br /> bah, c'est pas grave, j'ai entendu dire par les collegues du Sichuan qu'il y avait d'autres endroits encore plus fabuleux... donc comme tu l'as vu, en Chine, on n'est jamais au bout de nos<br /> surprises!!<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> C'est juste MAGNIFIQUE!<br /> <br /> <br />
Répondre
X
<br /> <br /> Merci Sba!! quand est ce qu'on y emmene le petit Pierre??<br /> <br /> <br /> <br />